Grands-parents pour le climat / Klima-Grosseltern Schweiz Nous n’héritons pas la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants…

Historique GPclimat.ch de 2014 à 2017

Notre amour pour les enfants pourrait et devrait être une grande force de changement. Une politique climatique responsable n'est rien d'autre que de l'amour éclairé. James Hansen,  LRD, No 50

En 2012, Le magazine environnemental LaRevueDurable (LRD) publie une « lettre des petits-enfants du monde aux plus de 60 ans » alertant les générations descendantes de l'angoisse des générations montantes sur le changement climatique.

En 2013, dans son numéro 50, LaRevueDurable fait écho à cette lettre en évoquant la campagne des grands-parents de Norvège, premier groupe de grands-parents pour le climat fondé en 2007. Au Canada et aux Etats-Unis, en Suède, d'autres groupes de grands-parents et de parents, notamment de mères, existent et sont très dynamiques. L'intérêt suscité par ces articles et par l'action exemplaire de James Hansen (interview dans le n° 46 de LRD dans lequel il mentionne la réflexion ci-dessus), amène le journal à lancer un appel à « Construire un mouvement de grands-parents pour le climat ».

Le 5 février 2014, une rencontre est organisée à Lausanne par les rédacteurs de la LRD. Une quarantaine de personnes de toute la Romandie s'y retrouvent pour entendre les exposés de J. Mirenowicz, qui préconise de laisser sous terre la plupart des réserves d'énergies fossiles et Olivier de Marcellus, altermondialiste de Genève, qui propose une marche sur Paris lors de la COP21 (nov-déc 2015), des manifestations, de la désobéissance civile et parle du mouvement Alternatiba. Un groupe est constitué, dont le travail aboutira à la première assemblée générale en septembre 2014 qui adoptera le texte fondateur et les statuts de l'association et élira le premier comité. Le travail s'organisera en groupes locaux (Genève, Bejune, FR, VS…) et en groupes de travail (formation-information, politique, intergénérationnel, international).

En 2015, deux nouveaux groupes se mettent en place en Belgique et en France. C'est l'année de la COP21 à Paris. Huit groupes de gp écrivent une lettre commune à Laurent Fabius. A Paris, ils participent à des manifestations et ont une première rencontre avec d'autres groupes de parents et grands-parents. Depuis cette date historique, nous nous rencontrons chaque année. En Suisse, nous écrivons aux conseillers fédéraux, aux conseillers aux Etats et à quelques membres du Conseil national pour faire connaître notre mouvement et leur demander un engagement en faveur d'une politique climatique responsable vis-à-vis des générations futures. Nous participons aussi à des manifestations (Purlac, Marche transfrontalière, Festival de la Terre, Fête de la Terre, Alternatiba …)

En 2016, devenus membres de l'Alliance climatique suisse qui regroupe aujourd'hui 71 associations et ONG pour le climat et l'environnement, nous participons activement à la campagne « Retraites sans risques ». Dans le cadre de cette action, nous nous sommes rendus dans plusieurs villes romandes et à St Gall, en allant gonfler un énorme ballon devant plusieurs caisses de pension pour leur demander de se désinvestir des énergies fossiles, non sans avoir écrit des lettres de revendications par le biais du site. Nous soutenons les Aînées pour la protection du climat dans leur action juridique contre le gouvernement. Nous réfléchissons à la manière d'essaimer en Suisse allemande. Un groupe de travail fait obtenir à GPclimat la reconnaissance d'utilité publique.

En 2017, nous travaillons à une présentation de notre association, ses actions, ses valeurs et ses buts, pour informer notre génération dans les milieux que nous fréquentons. Un site a été créé dès 2014. Il tient les membres au courant des activités et événements. Des lettres d'information (Quoi de Neuf et Flash-infos) sont envoyées régulièrement. Nous avons passé de 40 personnes à 400. Il devient clair que, pour augmenter notre impact local et dynamiser l'association, il faut développer les groupes locaux.

Alors plein succès à celui de Genève, qui a déployé dès le début une activité impressionnante pour gpclimat et est aujourd'hui le premier à vouloir formaliser son autonomie tout en restant en lien étroit avec l'organisation faîtière… Plein succès à Bejune qui, dès le début, a entretenu des activités et réflexions dans sa région. En 2018, nous anticipons la concrétisation des groupes de BYSE (Broye, Yverdon, Ste-Croix, Echallens) et du Valais…

Laurence et Denise

Nous rejoindre !

Devenez membre ou sympathisant

 

Inscrivez-vous

Abonnez-vous aux "Quoi de neuf ?"

Si vous êtes membres vous recevez automatiquement notre Newsletter "Quoi de neuf ?".