Grands-parents pour le climat / Klima-Grosseltern CH Nous n’héritons pas la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants…

Jour du dépassement (Overshoot day)

Journée d’actions le 4 mai 2024

En mai déjà, nous avons épuisé en Suisse notre avoir de ressources naturelles et vivons à crédit : au détriment des pays pauvres, de l’environnement et du climat – et surtout des générations futures. Les Grands-parents pour le climat saisissent l’occasion du Jour du dépassement (Overshoot Day) pour montrer des possibilités très concrètes de gérer les ressources naturelles de manière responsable.

Lors de la journée d’actions du 4 mai, plusieurs groupes régionaux organisent des évènements publics à ce sujet :

  • à Berne: Le groupe Berne ville préparera un curry avec des légumes régionaux « invendables » à la Breitenrainplatz à partir de 10h. Les personnes intéressées, amies et passants sont invité·es à participer à la préparation et/ou au repas de midi. En outre, il sera possible de déterminer sa propre empreinte écologique dans le cadre d’un jeu amusant.
  • à Fribourg: Le groupe régional fribourgeois tiendra un stand à l'occasion du jour du dépassement pour sensibiliser le public aux enjeux climatiques et environnementaux et inciter à la sobriété́ pour contribuer à réduire les risques pesant sur les générations futures.
  • à Lausanne: Stand au marché de Lausanne de 8h à 16h, accueil, animations, dialogue.
  • à Lucerne: Un stand d'information et distribution de boules à graines préparés par le groupe Suisse centrale à partir de 9h30 au Löwenplatz. Une ourse blanche avec bébé sera présente.
  • à Neuchâtel: Un stand près du Temple du Bas animé notamment par un parcours ludico-pédagogique empreintes et par une performance du musicien Alexandre Cellier. En parallèle à cela, un docu-comédie “Les gardiens du climat” d’Erik Fretel sera projeté à l'intérieur du Temple du Bas et Alexandre Cellier se produira dans le cadre d'un concert plus formel dans l'après-midi.
  • à Porrentruy : Le groupe régional JUBEf propose différents jeux notamment sur l'élimination des déchets dans la nature et une composition des recettes avec des surplus de cuisines que nous allons distribuer aux visiteur·ices.
  • à Soleure: En collaboration avec le Weltacker-Attiswil, l’association 2000 Watt Region Solothurn et la bibliothèque des semences, les Grands-parents pour le climat tiendront un stand de marché dans le centre-ville de Soleure pour sensibiliser aux enjeux du jour du dépassement.
    La semaine suivante, une “semaine des haricots” aura lieu au restaurant Solheure avec d’autres organisations. Des connaissances sur les haricots seront demandées dans le cadre d’un concours, des plants de haricots avec des recettes seront installés de manière visible et, pour finir, un cours de cuisine sur les haricots aura lieu le samedi 18 mai au Wallierhof. Inscriptions : info-solothurn@klimagrosseltern.ch
  • à Winterthur : Une fête du pommier aura lieu au verger que le groupe a planté lors du Jour du dépassement 2023.
  • à Zurich: Le groupe Zurich & environs mène une action dans l’Europaallee, la nouvelle artère commerçante du centre-ville. Des groupes de GPclimat portant des cylindres rouges et une tenue uniforme attirent l’attention des passant·es par une petite performance. Grâce à la machine de test « Jour du dépassement », les visiteur·euses peuvent découvrir combien de viande par semaine ou combien de kilomètres parcourus en avion par an sont encore compatibles avec le climat. L’objectif est que le plus grand nombre possible de personnes intéressées se fixent pour les 12 prochains mois des objectifs concrets pour contribuer à préserver les ressources naturelles et à repousser le jour du dépassement.

Le 17 mai à Sion: Une manifestation sera organisée à l'occasion du jour du dépassement sur la place de la Planta avec le contenu suivant :

    • Tente Constat : informations et jeu interactif
    • Tente Artistique : lecture par le comédien Fred Mudry (Cie Gaspard) et musique par le musicien Manuel Castan (site internet : https://www.manuelcastan.ch/.)
    • Tente Espoir : présence d'une classe spéciale de stage pratique (enfants en difficultés ou handicapés) avec atelier de réalisation de pancartes pour le public

Et le 25 mai à Genève: Une manifestation sous forme de stand mobile est prévue à Genève avec une performance artistique par le danseur Foofwa d'Imobilité qui, par sa prestation dite ‘OLGO', interpelle le public avec son costume fait de déchets.

Plus d’informations sur les pages régionales https://www.gpclimat.ch/groupes-gpclimat/


2023 : Osons la sobriété

Depuis le 13 mai en 2023, la Suisse vit à crédit. A cette date, elle a épuisé, en tant que pays, sa part des ressources naturelles que la planète est en mesure de régénérer en un an. En d'autres termes, l'empreinte écologique de la Suisse est très forte puisque, si tous les pays avaient le même niveau de vie que nous, 2.8 planètes seraient nécessaires pour satisfaire chaque année les besoins en ressources de l'humanité entière !

Interview avec notre membre Alain Frei du 11.05.2023 diffusée sur LFM.

 

 

 

 

 

Télécharger le FLYER

 

 

 

 

Depuis le début des années 70, date à laquelle la Terre était encore à l'équilibre, la situation n'a cessé de se dégrader, essentiellement sous la pression croissante des pays industrialisés. Les ressources planétaires sont limitées et la plupart de ces limites sont déjà dépassées.

Sur le plan planétaire, le Jour du dépassement 2023 (ou Earth Overshoot Day) aura lieu le 29 juillet prochain (calculs annuels de l'ONG Global Footprint Network). Cette date cache de très fortes disparités entre nations :

49 pays dépassent les limites planétaires et consomment plus que la Suisse, dont :

  • Qatar : OSD le 10 février
  • Luxembourg : OSD le 14 février
  • Etats-Unis ou Canada: OSD le 12 mars

88 pays dépassent les limites planétaires mais consomment moins que la Suisse, dont :

  • Angleterre : OSD le 19 mai
  • Chine : OSD le 2 juin
  • Équateur : OSD le 6 décembre

51 pays respectent les limites planétaires, dont :

  • Pakistan
  • Nigeria
  • Uruguay

Le bilan comparatif de la Suisse

Dans le calcul de son empreinte écologique, la Suisse profite

  • d'une économie en grande partie tertiaire,
  • de l'absence quasi complète d'énergie fossile dans son mode de production d'électricité,
  • et du fait qu'elle externalise massivement les émissions nécessaires à la fabrication de ses biens de consommation.

Ce dernier point est essentiel car si les émissions de gaz à effet de serre produites par habitant·e en Suisse est de 4,6 tonnes par personne, ce chiffre passe à 13 tonnes par habitant·e si l'on inclut les émissions générées à l'étranger par la consommation indigène.
Donc, qu'on ne s'y trompe pas, l'impact écologique est bien proportionnel à la richesse et au niveau de vie des pays concernés, que ce soit sur les plans individuel ou collectif. A noter que l'empreinte environnementale d'une personne en Suisse peut aller du simple au triple, voire au quintuple, selon ses revenus et fortune.

Plus de la moitié de l’empreinte écologique d'un pays européen provient de son empreinte carbone, c'est à dire de ses émissions de CO2. Pour la Suisse, le chiffre était de 71,7% en 2018, selon l'Office fédéral des statistiques. Réduire l'empreinte écologique du pays consiste donc avant tout à assurer la transition énergétique qui lui fera renoncer aux énergies fossiles émettrices de CO2 (transports, chauffage, alimentation et autres biens de consommation).

L'action individuelle est bien de nature à réduire l'empreinte écologique d'un pays comme la Suisse et représente 25% des efforts à entreprendre pour retrouver un équilibre compatible avec ce que la Terre génère chaque année. Mais le gros de l'effort, soit 75%, revient aux collectivités publiques (Confédération, cantons, communes) ainsi qu'aux sociétés et entreprises privées.

Comment respecter les limites de la planète ?

Ce que chacune et chacun de nous peut faire :

  • Élire les candidat·es responsables et conscient·es des enjeux.
  • Économiser au lieu de gaspiller : règle des 5 R
    • Refuser (publicité, plastique, etc).
    • Réduire (en quantité, pas en qualité, dans tous les domaines : aliments, vêtements, énergie, etc …).
    • Réutiliser (éviter l'usage unique).
    • Recycler (faire du neuf avec du vieux).
    • Rendre à la terre (composter).
  • Appliquer cette règle aux différents domaines de consommation :

Transports (37% des émissions de gaz à effet de serre) : mobilité douce, décarbonée (électricité, hydrogène, …) ; nous divisons par 7 nos émissions de CO2 en passant de la voiture au train et par 20 en passant de l'avion au train.
Alimentation (28% de la charge environnementale) : stop au gaspillage, moins de viande, consommer bio et local.
Habillement : faire durer sa garde-robe ; s'inquiéter de la provenance. Bilan : en 30 ans, 5 fois plus d'achats d'habits en Suisse (15 kg/an). Les 2% des surfaces agricoles servant à la production des textiles utilisent 25% des insecticides de l'agriculture mondiale et produisent 8% des émissions d'équivalents CO2 dans le monde ; les conditions de travail et de salaires sont souvent catastrophiques ; cela nécessite de longs acheminements à travers de multiples pays.
Habitat (24% de la charge environnementale) : se chauffer à 19-20 degrés (16-17 dans chambre à coucher ; 22 à la salle de bain), sans mazout ni gaz ni charbon (pour les locataires : s'associer et interpeler la gérance ou le/la propriétaire).

Encore quelques questions à se poser avant de consommer :

  • Ai-je vraiment besoin de cet objet, de cet habit, de cet aliment ?
  • Quel est son impact écologique ?
  • Quelle en est la provenance (lointaine ? locale ?).
  • Dans quelles conditions sociales ces biens ont-ils été produits ?
  • Quelle qualité (naturelle ? bio ? plastique ? …).
  • Comment me déplacer ? en voiture ? à vélo ? en transports publics ? aller à pied ?
  • A la place du neuf, puis-je emprunter ? échanger ? réparer ? recycler ? renoncer ? diminuer (taille, nombre) ?

L'association française Négawatt propose une démarche vers une transition énergétique réaliste et soutenable, reposant sur trois axes : sobriété, efficacité, renouvelable.

Sobriété : Pour réduire le gaspillage, il convient de s'interroger avant tout sur nos besoins. Appliquer la sobriété énergétique, c'est donner la priorité aux consommations qui répondent à un service essentiel et abandonner celles qui apparaissent comme superflues. La sobriété nous invite donc à modifier nos comportements en réfléchissant davantage à leurs impacts. La sobriété peut se révéler aussi attractive que respectueuse, un art de vivre.

Efficacité : Négawatt propose de réduire à la source la quantité d'énergie nécessaire pour un même service, c'est-à-dire de mieux utiliser l'énergie. L’efficacité énergétique consiste à utiliser des équipements et des installations qui consomment moins d’énergie pour remplir la même fonction.

Renouvelable : Privilégier les énergies renouvelables pour leur faible impact sur l'environnement et leur caractère quasi–inépuisable, souvent produites localement.

13 mai 2023 : Actions des Grands-parents pour le climat dans toute la Suisse

Vous trouverez plus d’informations concernant le jour du dépassement sur

Quoi de neuf ? Bulletin N° 68 des Grands-parents pour le climat – février 2024

3 mars 2024 |  ,  |  ,

Quoi de neuf ? Bulletin N° 68 des Grands-parents pour le climat – février 2024

Après le séminaire de Bienne, bilan et perspectives de notre association Une année politique importante Pourquoi les décisions politiques sont-elles si lentes? Éditorial Nous entrons dans la dixième année d’existence des GPclimat, anniversaire qui sera fêté dignement au cours de l’année. C’est l’occasion pour notre président de faire la synthèse des journées des 15 et 16 novembre à Bienne qui ont rassemblé les Grands-parents pour deux jours d’échange et de partage de nourritures spirituelles  tout autant que de nourritures terrestres véganes et délicieuses ! Lisez ici le résumé de Jean-Yves Pidoux qui aborde particulièrement les projets et activités futures de notre...

Tout afficher