Grands-parents pour le climat / Klima-Grosseltern CH Nous n’héritons pas la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants…

Votations fédérales du 13 juin 2021

Oui à la loi sur le CO2 !

Malgré ses insuffisances, la loi sur le CO2 représente pour nous une absolue priorité pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris (COP 21 – 2015). Elle fait l’objet d’un référendum principalement soutenu par l’UDC ainsi que par les milieux de l’automobile et des énergies fossiles. Bien qu’une partie de la Grève du climat ait aussi attaqué cette loi jugée insuffisante, nous sommes d’avis que son rejet dans les urnes marquerait une régression catastrophique. Nous vous encourageons donc à voter OUI et à promouvoir la loi auprès de vos proches ainsi qu’auprès de vos réseaux d’amis et connaissances, par tous les canaux possibles (mails, réseaux sociaux si vous y êtes abonnés, …).

Nous nous inscrivons aussi dans la campagne de l’Alliance climatique suisse qui met à disposition de tous du matériel de campagne ainsi que des argumentaires et des vidéos, que vous pouvez joindre à vos envois.

 

Quelques liens utiles :




Oui aux 2 initiatives
:

1)  « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse »  

 Consulter le  texte de l’initiative.

2)  « Pour une eau potable propre et une alimentation saine – Pas de subventions pour l’utilisation de pesticides et l’utilisation d’antibiotiques à titre prophylactique »

Consulter le texte  de l’initiative.

Même si ces 2 initiatives visent principalement la préservation essentielle de la biodiversité et de la santé, elles dénoncent aussi des pratiques relevant de l’agriculture intensive participant à la fois du problème et de la solution du réchauffement climatique ; et l’utilisation pour ces pratiques des deniers publics par les paiements directs n’est plus concevable. Ces 2 initiatives sont complémentaires. Leurs délais de mise en application sont raisonnables, 10 et 8 ans respectivement. Nous recommandons le double Oui, quelques lacunes de la 2ème étant compensées par la 1ère (pour cette dernière, voir l’argumentaire de Marc Treboux, ancien chimiste cantonal NE et membre de notre commission scientifique).